Angela Gregory: la Doyenne de la Sculpture Louisianaise

Angela Gregory a été la première femme de Louisiane à recevoir une reconnaissance internationale en tant que sculptrice. Fille d'une artiste et d'un ingénieur en hydraulique, Angela est née à la Nouvelle-Orléans en 1903. Dès l'âge de 14 ans, elle décide « d'apprendre à tailler la pierre ». Après avoir été diplômée du Newcomb College, elle étudie à la Parson's School of Design à Paris et, en 1926, devient la seule Américaine et l'une des rares femmes à étudier dans l'atelier privé d'Antoine Bourdelle, ancien assistant principal du célèbre sculpteur August Rodin. De retour à la Nouvelle-Orléans, Angela a créé un studio derrière la maison familiale, où elle a passé les prochains soixante ans à créer des œuvres sculpturales pour de nombreux bâtiments architecturaux importants de son époque, y compris le Capitole de l'État de Louisiane, et trois monuments, dont l'un ici à Port Allen. Enseignante, mentor et pionnière, Angela Gregory est décédée en 1990. Elle a laissé derrière elle non seulement un héritage artistique important, mais aussi un exemple inspirant de courage, de détermination et d'engagement.

Figure l'Angela GregoryAngela Gregory assise sur sa terrasse au 630 Pine Street, La Nouvelle-Orléans, v. 1935-39. Photographe : Dan Leyrer. Image gracieuseté de la collection historique de la Nouvelle-Orléans

SON ENFANCE

Angela Gregory était destinée à devenir sculpteur. Elle est née à la Nouvelle-Orléans le 18 octobre 1903, la plus jeune de trois enfants. Sa mère Selina Brès était une artiste accomplie. Diplômée du H. Sophie Newcomb Memorial College for Women, Selina était membre de la classe inaugurale de décoration de poterie de Newcomb en 1895 et aurait vendu le premier pot Newcomb à recevoir une reconnaissance internationale. Le père d'Angela, William Benjamin Gregory, était l'un des principaux ingénieurs hydrauliques américains et professeur de longue date à la Faculté d’ingénierie de l'Université de Tulane. La famille d'Angela et deux tantes maternelles vivaient à quelques pâtés de maisons des campus de Newcomb et de Tulane.

Affectueusement appelé “Angel” (“Ange”) par les membres de la famille, le talent artistique d'Angela et son ambition précoce ont été fortement encouragés. Elle reçoit sa première formation artistique formelle de 1914 à 1921 à l'école Katherine Brès dirigée par sa tante et où sa mère donne des cours d'art. Inspirée par les histoires de sa mère sur les sons des tailleurs de pierre sculptant des anges sur l'ancienne chapelle de Newcomb, Angela a annoncé son désir à 14 ans d'apprendre à tailler la pierre. Les femmes n’avaient pas encore le droit de voter et peu étaient reconnues comme artistes professionnelles, sans parler des sculptrices. Son père a accepté, mais a insisté pour qu'elle obtienne d'abord une bonne éducation. Suivant les traces de sa mère, Angela a été instruite par les frères Woodward. Adolescente, elle a suivi des cours d'été auprès de William à Tulane et a ensuite appris le modelage de l'argile, le moulage en relief, la peinture et le dessin auprès d'Ellsworth à Newcomb. Comme la sculpture n'y était pas enseignée, elle a suivi un cours avec le sculpteur Albert Rieker au New Orleans Arts and Crafts Club, une organisation que sa mère a aidé à fonder. Elle a passé un été dans l'atelier new-yorkais de Charles Keck.

C'est au cours de sa deuxième année qu'Angela s’est familiarisée avec Antoine Bourdelle (1861-1929), alors considéré comme le plus grand sculpteur vivant de France. Ellsworth a donné à Angela un article à lire, proclamant Bourdelle comme le maître avec qui elle devrait étudier. Pour se rendre à Paris, elle a sollicité une bourse pour étudier la publicité illustrative à la Parson’s School of Design (alors la New York School of Fine and Applied Arts). Diplômée en 1925, Angela a embarqué pour la France, bien décidée à rencontrer le célèbre sculpteur.

William Benjamin Gregory, v. 1935
Plâtre
Don d'Angela Gregory Art, LLC, The Water Institute of the Gulf

Angela aimait son père, William Benjamin Gregory (1871-1945). Originaire de l'ouest de New York, il a fréquenté l'Université Cornell. Après avoir obtenu son diplôme, il a été invité à enseigner à la Faculté d’ingénierie de l'Université de Tulane. Il y resta 44 ans. Son intérêt pour les problèmes d'ingénierie uniques du sud de la Louisiane lui a finalement valu une réputation internationale en tant qu'ingénieur hydraulique. Pendant la Première Guerre mondiale, il a travaillé pour maintenir l'approvisionnement en eau des hôpitaux français et a ensuite aidé à concevoir le système de drainage à la Nouvelle-Orléans. En tant que membre de la Société américaine des ingénieurs civils, ses publications étaient nombreuses. Les contacts américains et internationaux de Gregory se sont avérés essentiels pour aider à lancer la carrière de sa fille. Son ancien élève Leon Weiss, architecte principal du Capitole de l'État de Louisiane, a fourni à Angela l'une de ses commandes les plus importantes.

Angela et Mme Bourdelle, 1927
Attribué à Selina Brès
Fusain et mine de plomb sur papier
Don de la succession d'Angela Gregory, The Historic New Orleans Collection

La mère d'Angela, Selina Brès, a rendu visite à sa fille à Paris en 1927. Lorsque sa mère a subi une jambe cassée, le séjour d'Angela a été prolongé de près d'un an. Pendant son séjour, Selina est présumée avoir dessiné cette charmante image d'Angela travaillant sur sa sculpture de la Tête du Christ de Beauvais dans l'atelier d'Antoine Bourdelle. On voit par-dessus l'épaule du jeune artiste Cléopâtre Sevastos (1882-1972), épouse de Bourdelle et elle-même sculptrice. Bourdelle est décédée en 1929, peu de temps après qu'Angela a terminé sa formation. Au cours des années qui ont suivi, elle est retournée à Paris plusieurs fois, et a même étudié avec Cléopâtre en 1932. Angela a développé une relation à vie avec Mme. Bourdelle, décédé en 1972 à l'âge de 90 ans.

Angela Gregory In 1923Angela Gregory, 1923. Image reproduite avec l'aimable autorisation des collections spéciales de l'Université de Tulane, Université de Tulane, Nouvelle-Orléans.

UNE ARTISTE PROTÉGÉE

Angela arrive à Paris à l'été 1925 et commence ses études à la Parson's School of Design. Une éducation parisienne n'était plus considérée comme une formation obligatoire pour un artiste professionnel. Pourtant, de nombreux Louisianais considéraient encore Paris comme l'épicentre de la culture, de l'éducation et de la langue. De plus, il y avait plus d'opportunités pour les femmes d'étudier l'art qu'aux États-Unis.

Comme tant de familles louisianaises, Angela était d'origine française. Son arrière-grand-père maternel a immigré de Villefranche-sur-Mer et elle rendait souvent visite à ses cousins Brès à Bâton-Rouge-Ouest. Son père, bien que non français, y a fait son service militaire et avait des amis français pour la vie. Pendant les années qu'Angela passait à Paris, la France se remettait encore de la Première Guerre mondiale et les Américains n'étaient pas bien considérés. Pourtant, la familiarité d'Angela avec les coutumes et la langue ainsi que ses nombreuses lettres d'introduction à des amis de la famille et à des connaissances l'ont aidée à s'installer dans la vie parisienne.

Vers la fin de sa bourse de neuf mois, Angela a écrit au célèbre sculpteur Antoine Bourdelle mais n'a reçu aucune réponse. Rassemblant son courage, elle frappe à la porte de son studio. Il n'était pas chez lui mais une gentille femme de chambre lui a donné son numéro de téléphone privé. Son appel a été reçu par l'épouse de Bourdelle, Cléopâtre Sevastos, elle-même sculptrice, qui a organisé une entrevue de 15 minutes. Impressionné par la volonté de la jeune femme d'apprendre à tailler la pierre, Bourdelle accepte de lui enseigner. À 25 ans, Angela est devenue la seule Américaine et l'une des rares femmes à avoir étudié dans l'atelier de Bourdelle. Sous l'œil attentif de Bourdelle pendant les deux années qui ont suivi, Angela était formée par son assistant principal Otto Bänninger, suivant les cours et les critiques du maître artiste à l'Académie de la Grande Chaumière, et absorbant les leçons de vie qui devaient rester avec elle pour le reste de sa vie. Validation de ses accomplissements, Bourdelle invite Angela à exposer sa sculpture aux côtés de la sienne au Salon des Tuileries avant son retour à la Nouvelle-Orléans en 1928. L'année marque également sa première vente, une petite oie en bronze, à Tiffany's Paris.

Oie, 1927-28
Bronze
Collection Roger H. Ogden

Oie en vol, 1963
Garçon aux oies, 1963
Bronze
Dons d'Angela Gregory LLC, Collection du Louisiana Art & Science Museum 

Angela était dans un parc en train de dessiner lorsque Charles Lindbergh a effectué le premier vol sans escale de New York à Paris le 21 mai 1927. Elle a raconté plus tard que lorsqu'il arrivait en volant, une oie battait ses ailes, attirant son attention. Peut-être inspirée par le travail des animaliers français du XIXe siècle dont les sculptures en bronze sont installées dans tout Paris, elle a réalisé une petite statue d'oie. Sa première vente, elle a vendu Oie à Tiffany's Paris en 1928. Aujourd'hui, la petite oie est la marque de distinction du Watermark Hotel à Bâton-Rouge. L'hôtel est installé dans l'ancienne Louisiana National Bank qui a chargé Angela de créer huit peintures murales sculptées pour le hall en 1949. Aujourd'hui, les peintures murales entourent le restaurant Gregory, nommé en son honneur. Angela a été inspirée pour faire Garçon aux oies and Oie, montré battant ses ailes, beaucoup plus tard après avoir vu des enfants d'amis jouer dans et autour de l'étang dans sa cour arrière. Des oies, des pélicans, un coq et même un puma figurent parmi l’ensemble des œuvres d'Angela.

ANTOINE BOURDELLE

Émile-Antoine Bourdelle (1861-1929) était considéré comme le plus grand sculpteur vivant de France quand Angela Gregory était admise dans son atelier privé pour apprendre à tailler la pierre. De 1893 à 1908, Bourdelle était le praticien principal ou l'assistant technique d'August Rodin (1840-1917), célèbre pour ses sculptures sensuelles et passionnées de la forme humaine. Bourdelle a ouvert son propre atelier parisien, après avoir établi une identité indépendante en tant que sculpteur avec un style plus simple incorporant les éléments de l'architecture. Au moment où Angela est arrivée, Bourdelle était célébré à l'échelle internationale et était représenté dans de nombreux musées et collections privées à travers l'Europe. Professeur à l'Académie de la Grande Chaumière depuis 1909, il compte parmi ses élèves Alberto Giacometti (1901-1966).

La statue la plus célèbre de Bourdelle intitulée Héraklès archer (Hercule l'Archer) a reçu un grand succès dès sa première exposition en 1910 et a été largement reproduite. Angela a été une force motrice en 1949 pour l'acquisition d'un moulage en bronze d'Hercule pour le musée Isaac Delgado (aujourd'hui le Musée d'art de la Nouvelle-Orléans). Pendant de nombreuses années, cette statue de bronze a été installée sur les marches menant à l'entrée du musée et est aujourd'hui exposée dans le jardin de sculptures voisin de Sydney et Walda Bestoff.


Hercules the Archer by Antoine BourdelleAntoine Bourdelle, Hercule l'Archer, The New Orleans Museum of Art : achat du musée, 49.17. Image reproduite gracieuseté du Musée d'art de la Nouvelle-Orléans.


DÉBUTS DE CARRIÈRE

Angela Gregory avait hâte de se lancer dans sa carrière en 1928. Après trois ans d'études à Paris, elle retourna à la Nouvelle-Orléans et, avec son père dévoué, ils ont conçu et construit un studio pour elle à l'arrière de la maison familiale au 630 Pine Street. Angela devait y vivre et y travailler pour le reste de sa vie. Sans argent pour payer un modèle, elle commence sa pratique de longue date consistant à persuader ses amis et sa famille de poser pour elle. Cet été-là, une jeune femme qui travaillait comme femme de chambre dans la maison de la famille Gregory est devenue le sujet de la première œuvre majeure d'Angela intitulée La Belle Augustine.

Plus tard, Angela a proclamé ce portrait comme son plus important, déclarant que c'est cette sculpture qui a lancé sa carrière en Louisiane. En effet, Angela à 25 ans a reçu sa première commande après que le général Allison Owen, architecte du bâtiment du tribunal pénal de la paroisse d'Orléans, qui sera bientôt construit, a vu La Belle Augustine dans sa maison familiale. Il a invité Angela à créer toute la sculpture du nouveau bâtiment. Les gros titres des journaux proclamaient qu'il s'agissait de « l'une des commandes les plus inhabituelles jamais confiées à une sculptrice ».

Angela était bien qualifiée pour créer le type de sculpture requis pour les bâtiments de style Art déco populaires en Louisiane dans les années 1930 et 1940. Mouvement de design international né en France, l'architecture Art déco se caractérise par des édifices épurés décorés à l'intérieur et à l'extérieur, dont beaucoup avec des statues et des peintures murales sculptées appelées reliefs. Parmi les œuvres d'art qu'elle a conçues pour le bâtiment des Cours criminelles figurent deux pélicans de vingt pieds de haut pour la façade d'entrée et des reliefs extérieurs liés à des aspects de l'histoire de la ville. Utilisant un système de poulies que son père a conçu pour elle, Angela a sculpté les énormes pélicans dans de l'argile, puis les a coulés dans du plâtre comme modèles pour le maçon. Ce succès a conduit à des commandes supplémentaires, notamment en 1931 pour le nouveau Capitole de l’État de Louisiane, aujourd'hui considéré parmi les meilleurs exemples d'architecture Art déco de la nation.

La Belle Augustine, 1928
Coulée 2021
Bronze patiné
West Baton Rouge Historical Association

Lors de son premier été de retour de Paris, Angèle convainc une jeune femme qui travaillait comme femme de chambre auprès de la famille Gregory de poser pour elle. Le portrait est aujourd'hui considéré parmi les œuvres les plus importantes d'Angela et démontre ses compétences techniques ainsi que sa sensibilité envers la jeune fille noire qui avait presque le même âge. Baptisé La Belle Augustine, le buste est exposé au Salon des Tuileries à Paris en 1930 à l'invitation de Madame Bourdelle. Après avoir été montré en 1940 à l'exposition nationale de sculpture au Whitney Museum of Art à New York, International Business Machines Corporation (IBM) a acheté un moulage en bronze pour sa collection Sculpture de l’Hémisphère occidentale. Ce bronze réalisé spécialement pour le Musée de Bâton-Rouge-Ouest constitue la fonte finale.

Angela a gardé ses éditions limitées. Après avoir réalisé des dessins préparatoires, elle crée une sculpture en plâtre, réalisant parfois plusieurs versions. Le plâtre a ensuite été utilisé pour créer un moule pour une coulée ultérieure en bronze. Angela a gardé les plâtres, les gardant dans son atelier tout au long de sa vie.

Angela Gregory in her studio in 1979 with the plasters versions of some her best known worksAngela Gregory dans son home studio, 1979. Image reproduite avec l'aimable autorisation des Tulane University Special Collections, Tulane University, New Orleans.

La Belle Augustine, 1928
Fusain sur papier
Don d'Angela Gregory Legacy, LLC, West Baton Rouge Historical Association

Angela a produit de nombreux dessins et aquarelles au cours de sa longue carrière, à la fois comme études pour des sculptures et comme œuvres d'art finies. Ce rendu d'une jeune femme qui travaillait comme femme de ménage dans la maison de la famille Gregory a été réalisé en préparation du portrait en buste à proximité et démontre le talent d'Angela. La Nouvelle-Orléans, comme le reste du Sud, a été ségrégée dans les années 1920 et 1930. Le choix d'Angela de représenter une humble jeune fille noire pour une œuvre d'art monumentale a été jugé inhabituel par la plupart des gens. Pour Angela, c'était naturel. Elle a suivi l'exemple de sa mère artiste Selina Brès, des frères Woodward, qui lui ont enseigné au Newcomb College, et de son mentor français Antoine Bourdelle, qui ont tous représentaient des personnes de différentes ethnies.

Angela Gregory with BelleAngela Gregory avec La Belle Augustine, v. 1928. Image reproduite avec l'aimable autorisation de l'Université de Tulane, Collections spéciales, Université de Tulane, La Nouvelle-Orléans.

UNE SCULPTRICE RECHERCHÉE

Angela Gregory a reçu de nombreuses commandes d'architecture de 1929 à 1980. Largement considérée comme un travail d'homme, elle a été invitée à travailler avec des architectes et des ingénieurs afin de produire des sculptures pour de nombreux bâtiments les plus importants de Louisiane. Angela a compris l'importance d'intégrer la sculpture à l'architecture. Artiste polyvalente, elle a créé des statues en ronde-bosse ainsi que des murales sculptées appelées reliefs.

Après son succès dans la conception de sculptures extérieures pour le bâtiment des Cours criminelles de la paroisse d'Orléans (1928), elle était en demande constante, travaillant pour de nouvelles constructions non seulement à la Nouvelle-Orléans mais aussi dans les quartiers de Bâton-Rouge et de Lafayette. Elle a également rénové la résidence française de l'ingénieure et femme d'affaires Kate Gleason, nommée La Tour Carrée (1932), et restauré le fronton du Gallier Hall (1949), anciennement utilisé comme hôtel de ville de la Nouvelle-Orléans. Elle a même conçu des œuvres religieuses, parmi lesquelles des portes et des panneaux décoratifs pour la bibliothèque Jean XXIII du Collège dominicain St. Mary et une statue de Saint Louis plus grande que nature pour le bâtiment de l'administration archidiocésaine (1962). En plus des projets à grande échelle, Angela a réalisé des entreprises modestes, concevant des motifs architecturaux et des sculptures de jardin.

Parmi les œuvres les plus attachantes d'Angela figurent ses portraits des gens qu'elle connaissait. Angela a cherché à capturer non seulement la ressemblance mais la personnalité de ses modèles. Son travail comprend des portraits de personnalités publiques comme les auteurs Harnett Kane et Joseph Campbell et le dessinateur Jack Sparling ainsi que ceux avec qui elle s'est liée d'amitié comme George Lewis, un porteur à l'Université de Tulane, et des membres de la famille Atlas à Port Gibson au Mississippi. Angela a également pris des commandes pour des portraits et des médailles commémoratives.

Inhabituel pour une femme de son époque, Angela a aussi trois monuments publics à son actif. Pour la ville de la Nouvelle-Orléans, on lui a demandé de concevoir un monument à John McDonough (1933-34), un homme d'affaires et propriétaire de plantation qui a légué près de la moitié de sa fortune pour la construction d'écoles publiques destinées à tous les enfants, quelle que soit leur race. Au début des années 1950, elle passe cinq ans à travailler sur le Bienville Monument (1955) qui rend hommage au premier gouverneur français et fondateur de la Nouvelle-Orléans. Elle est même allée à Paris pendant deux ans pour superviser le moulage en bronze de la statue, emmenant avec elle sa mère souffrante. Dans les années 1960, lors de la célébration nationale du bicentenaire de la Guerre de Sécession, Angela a été chargée de créer un monument pour commémorer le dernier gouverneur confédéré de l'état et homonyme de Port Allen, Henry Watkins Allen (1961-1962). Cette statue est située en face du palais de justice de la paroisse de Bâton-Rouge-Ouest.

Allen Brès, v. 1925
Pastel et mine de plomb sur papier
Don de la succession d'Angela Gregory, The Historic New Orleans Collection

Qu'il s'agisse de monuments commémoratifs et de médailles de personnages célèbres ou de croquis d'amis, les portraits font partie intégrante de l'œuvre de la vie d'Angela Gregory. Les membres de la famille posaient souvent pour elle pendant qu'elle travaillait sur la position ou la conception d'une pièce commandée ainsi que pour des portraits personnels. Le beau jeune homme dans ce rendu est Allen V. Brès, un cousin maternel, qui vivait juste en bas de la rue d'Angela à la Nouvelle-Orléans. Dans ses mémoires personnelles, elle a décrit plus tard Allen comme "plus comme un frère" qu'un cousin et le "modèle parfait".

Lieutenant Allen V. Brès, USN, 1931
Plâtre
Don d'Angela Gregory Art, LLC, West Baton Rouge Historical Association

Cette sculpture ne représentant que la tête, les épaules et la poitrine s'appelle un buste. Dérivé de l'Antiquité classique, le style était populaire dans la France du XIXe siècle et continuait d'être en faveur parmi les artistes. Angela a vu de nombreux bustes de ce type pendant son séjour à Paris, y compris ceux d'Antoine Bourdelle. Angela aurait créé plus de 100 bustes de portraits tout au long de sa longue carrière, y compris cette ressemblance grandeur nature de son cousin Allen V. Brès. Angela considérait Allen, qui avait grandi près d'elle à la Nouvelle-Orléans, comme un frère plutôt qu'un cousin. Fière du service militaire de sa famille, elle a sculpté ce portrait d'Allen peu après sa nomination en 1930 comme lieutenant dans la marine américaine.

Monument à Henry Watkins Allen, v. 1961
Plâtre
Don d'Angela Gregory Art, LLC, collection du Musée Bâton-Rouge-Ouest

Angela était l'une des rares femmes de son époque invitées à créer des monuments publics. Cette maquette est l'une des nombreuses réalisées en préparation de la statue grandeur nature représentant le dernier gouverneur confédéré de la Louisiane et l'homonyme de Port Allen, Henry Watkins Allen. De 1957 à 1965, l'Amérique a commémoré le centenaire de la guerre civile avec des événements et des activités dans tout le pays. Ici, à Port Allen, Ethel Claiborne "Puffy" Dameron, l'une des fondatrices du Musée Bâton-Rouge-Ouest, a dirigé un comité pour demander à l'État de Louisiane de l'argent pour construire le monument. Le Département du commerce et de l'industrie de l'État de Louisiane a accepté et Angela a été sélectionnée en raison de sa réputation et de ses racines familiales à Bâton-Rouge-Ouest. Contrairement à la position héroïque de la plupart des monuments militaires, Angela a choisi de représenter le gouverneur Allen dans une pose pensive. Il est assis en raison de blessures invalidantes et la tête appuyée dans sa main. Sur la base se trouve une citation d'Allen qui se lit comme suit : "Allons oublier le passé et regardons vers l'avenir. " Le monument était érigé à côté du palais de justice de la paroisse de Bâton-Rouge-Ouest en 1962.

SON HÉRITAGE

Angela Gregory a choisi de ne pas se marier et n'a jamais eu d'enfants. Au lieu de cela, elle s'est consacrée à sa carrière artistique, à son enseignement et au mentorat d'artistes en herbe. De 1922 à 1924, elle enseigne au Arts and Crafts Club dans le Vieux Carré et est affiliée au Newcomb College de 1935 à 1942. Approfondissant ses propres connaissances, elle suit en 1936 un cours de céramique et de poterie au New York State College of Ceramics à l'Alfred University et a été la première étudiante diplômée et la première femme en 1940 à obtenir une maîtrise de l'École d'architecture de l'Université de Tulane. Elle a ensuite rejoint la faculté du Collège dominicain St. Mary et a été nommée professeure émérite en 1976. Parmi ses étudiantes se trouvait l'artiste Deborah Luke. Les organisations d'anciennes étudiantes de Tulane, de Newcomb et de St. Mary ont ensuite honoré Angela pour ses services distingués.

Lorsque son travail a été interrompu pendant les années de guerre, Angela a occupé divers emplois. De 1941 à 1942, elle travaille comme superviseure d'État du programme artistique de la Works Progress Administration, où elle travaillait aux côtés de l'artiste Caroline Durieux (1896-1989). Angela a également conçu un camouflage pour le Corps d’Ingénieurs du district de la Nouvelle-Orléans avant d'être chargée de l'emploi et du conseil pour les travailleuses des chantiers navals de Pendleton. Plus tard, elle a été conseillère du personnel pour la Celotex Corporation.

Le travail d'Angela a été bien reçu de son vivant. Outre le Salon d'Automne et le Salon des Tuileries de Paris, son travail a été exposé à New York au Metropolitan Museum of Art et au Whitney Museum of Art et au National Museum of Art de Washington D.C. Plus près de chez nous, elle a été honorée avec des expositions personnelles en 1933 au Delgado Museum (aujourd'hui le New Orleans Museum of Art), au Louisiana State Museum en 1940 et au West Baton Rouge Museum dans les années 1960. Ses nombreuses distinctions incluent le prestigieux Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres décerné par le Ministère de la Culture français. Elle est décédée à la Nouvelle-Orléans en 1990. Son travail de pionnière a aidé d'autres femmes artistes de Louisiane telles que Lin Emery (1926-2021) ainsi que des artistes minoritaires comme Frank Hayden (1934-1988) à être reconnus comme sculpteurs professionnels.

La Tête du Christ de Beauvais, 1927-1928
Calcaire
Don de la succession d'Angela Gregory
Collection du Newcomb Art Museum de l'Université de Tulane

Angela a appris à tailler la pierre sous l'œil attentif d'Antoine Bourdelle dans son atelier parisien. Elle a été chargée de faire une copie d'œuvre d'art en utilisant un plâtre comme modèle, une méthode populaire dans les écoles d'art entre les deux guerres mondiales. Angèle a choisi ce qu'on appelle la Tête du Christ de Beauvais. Faisant peut-être partie d'une piéta, la tête originale a été sculptée par un artiste inconnu au XVIe siècle et ornait autrefois l'église Saint-Sauveur de Beauvais, démolie depuis longtemps. En travaillant sur sa version, Angela a vu la sculpture réelle à Beauvais, très probablement au Musée de l'Oise où elle se trouve aujourd'hui. Angela a consacré 17 mois à sa sculpture. Une fois terminé, Bourdelle considérait que la Tête du Christ de Beauvais d'Angela avait une telle originalité qu'il était convaincu de son talent. Afin de l’honorer, il fait en sorte que sa sculpture soit exposée au Salon de Tuileries de 1928.

Angela Gregory in StudioAngèle dans l'atelier parisien de Bourdelle avec sa "Tête de Christ de Beauvais" (1926-1928). Image reproduite gracieuseté des collections spéciales de l'Université de Tulane, Université de Tulane, Nouvelle-Orléans.

CAPITOLE DE L'ÉTAT DE LOUISIANE

Angela Gregory a été invitée à créer une sculpture architecturale pour le "nouveau" Capitole de l’État de Louisiane conçu par Weiss, Dreyfous et Sieferth pendant le mandat du gouverneur Huey Long. La construction du bâtiment a été achevée en 1931. Cinq artistes de la Nouvelle-Orléans ont été chargés de créer les 22 reliefs de portraits de personnages historiques de la Louisiane à l'extérieur du bâtiment. Angela et Juanita Gonzales étaient les seules femmes artistes. Par respect, Angela était la première à choisir. Elle en a sélectionné huit. À proximité se trouvent ses maquettes pour Jean-Jacques Audubon, Judah P. Benjamin, Charles Gayarré, Thomas Jefferson, Judah Touro, Paul Tulane et Edward Douglass White. La maquette de Louis Moreau Gottschalk a été endommagée dans l'atelier d'Angela de son vivant.

Angela a de nouveau été chargée en 1949 de produire des œuvres pour le Capitole de l'État, cette fois pour concevoir des motifs pour une balustrade afin de protéger le sceau de l'État incrusté dans le sol de la rotonde, maintenant appelée Memorial Hall. Angela a choisi de représenter le pélican, l'oiseau d'état de la Louisiane, montré en train de nourrir trois jeunes poussins. Ce motif nature stylisé rappelle les dessins réalisés par ses ancêtres du Newcomb College, y compris ceux de sa mère artiste Selina Brès.

Motif pélican pour garde-corps, intérieur du Capitole, 1949
Bronze
Moule en plâtre

Sur le mur opposé :

Reliefs de portraits, extérieur du Capitole, 1930-1931
Plâtre
Dons d'Angela Gregory Art LLC, West Baton Rouge Historical Association


New State Capitol